MENU

NAVIGATION RAPIDE

PHYTOHORMONE Femina

Qu'est-ce que PHYTOHORMONE Femina ?

phytohormoneConsidéré comme "l'élixir de la jeunesse et du bien-être" par les femmes ayant pris PHYTOHORMONE Femina, ce produit est une hormone naturelle conçu pour les femmes en pré-ménopause et en ménopause. Les phytohormones (phytoestrogènes) sont des composés actifs naturels provenant des plantes. Un phyto-estrogène n'est pas un nutriment mais bien un micro constituant végétal. Une fois ingérés, ils agissent dans l'organisme de façon semblable aux hormones naturelles que sont les oestrogènes. Pour cette raison, on les nomme phytoestrogènes, bien que leur effet soit moins rapide que les oestrogènes de synthèse, il est reste tout aussi efficace.

Avant d'utiliser la thérapie naturiste, soit les extraits normalisés des plantes, nous avons mené plusieurs études. Pendant des années nous avons étudié de façon bibliographique et pratique plusieurs facteurs influençant le niveau hormonal, cela autant au niveau des habitudes alimentaires de divers groupes ethniques que le mode de vie dans lesdits groupes.

Quel est l'avantage de PHYTOHORMONE Femina ?

Nous avons, comme première impression, lorsqu'on commence la lecture d'une publication phytopharmaceutique, que les plantes sont la panacée universelle, qu'elles sont la source guérissant de toutes les maladies.

Les compléments alimentaires contiennent sous une forme concentrée, des nutriments ou d'autres substances ayant sur l'organisme un effet nutritionnel ou physiologique. Si nous réussissons à maîtriser la composition chimique, les métabolites et le métabolisme des plantes, spécialement les extraits standardisés, elles sont efficaces pour garder un état de santé normal.

Dans le cas des hormones de synthèse, les avantages majeurs sont la reproductibilité de la concentration du principe actif ainsi que l'effet thérapeutique rapide. Par contre, l'effet secondaire est également présent (le risque du cancer génital et du sein). Dans le cas de tous les produits naturels, l'obtention d'un produit homogène et sa reproductibilité est un grand défi. Pour assurer une composition équilibrée et reproductible, nous avons utilisé les quatre composantes du produit PHYTOHORMONE Femina, sur lesquels il vous est possible d'en apprendre d'avantage ci-dessous.

Les isoflavones aglycones ont été utilisés pour formuler PHYTOHOROME Femina. Les isoflavones (une des six familles de phyto-estrogènes) existent sous différentes formes et dans les végétaux elles sont liées à une molécule appelée glycoside, mais cette molécule peut également être non liée à l'isoflavones.

Seules les molécules dont le glycoside a été "décrochés" sont activées dans l'organisme et utilisées par le corps; on les appelle des "isoflavones aglycones". Après avoir essayé plusieurs compositions et après des années de recherches, nous avons mis au point la formule idéale pour contrer les effets indésirables de la ménopause et d'offrir un produit totalement sécuritaire et sans effets secondaires.

Comment maximiser l'effet thérapeutique de PHYTOHORMONE Femina ?

Le produit peut être administré en association avec Cervital A pour un bienfait optimal.

Quels sont les principaux effets dans la prise du produit PHYTOHORMONE Femina ?

Le produit a comme principal objectif de normaliser le style de vie et l'état général bien-être. Ce faisant, il élimine les symptômes déplaisants de la ménopause tels que le risque accru de crise cardiaque, les palpitations, les troubles vasomoteurs, les migraines, les étourdissements, les excès de fatigue, les troubles neuropsychologiques, etc.

Pourquoi et quand prendre PHYTOHORMONE Femina ?

phytohormoneLa ménopause ne représente pas un état pathologique, elle est au contraire une étape physiologique normale dans la vie d'une femme. Cette nouvelle étape se caractérise par la création et l'installation d'un équilibre organique qui intéresse la majorité des fonctions physiologiques et métaboliques. Dans bien des cas, les contraintes de la vie active des femmes contemporaines, que ce soit dans le milieu de travail ou familiale, ne laissent pas à l'organisme la possibilité d'atteindre l'équilibre par lui-même, d'où la raison d'être de PHYTOHORMONE Femina.

Les femmes traversant la période de la ménopause passent par une série de symptômes, tels que : des palpitations, des troubles vasomoteurs, des migraines, des étourdissements, des excès de fatigue, des troubles neuropsychologiques, sans compter le risque accrue de crise cardiaque etc. La sécrétion normale d'oestrogènes, d'une femme non ménopausée est de 50- 350ug/24h. Les phytoestrogènes se métabolisent au niveau du foie et s'éliminent par l'urine et en petite quantité par la bile. Pour qu'une femme ménopausée puisse avoir une vie professionnelle, familiale et sociale équilibré, la concentration d'oestrogène minimal devrait être de 30 à 50mg/24h.

Pendant combien de temps dois-je prendre PHYTOHORMONE Femina ?

L'administration du produit est recommandée pour une durée minimale de six semaines. Plus précisément, l'administration peut être arrêtée quand les symptômes de ménopause sont diminués et peuvent être supportables. PHYTOHORMONE Femina a été conçu pour pouvoir être administré sur une très longue période sans subir les effets secondaires induits par les produits de synthèse.

L'administration du produit peut être faite pour une durée indéterminée à raison de deux capsules par jour, même après avoir dépassé la période de crise ménopausique, dans le but d'assurer un bien-être physique et psychique de la personne post ménopausée.

Qui devrait prendre PHYTOHORMONE Femina ?

Les femmes en pré-ménopause, ménopause et post-ménopause.

Puis-je prendre PHYTOHORMONE Femina même si j'ai l'estomac fragile ?

Selon les études actuelles, aucun effet négatif n'a été rapporté. Si des réactions digestives apparaissent, alors l'administration devrait être accompagnée par des aliments.

Est-ce qu'il y a des situations où je dois éviter de prendre PHYTOHORMONE Femina ?

Non, sauf en cas de réaction allergique à une des composantes ou lorsque l'oestrogène est à son plus haut niveau, situation rencontrée le plus souvent dans la période de pré-ménopause et qui est associée avec des hémorragies.

Quelles sont les intéractions avec les autres produits/médicaments ?

Théoriquement le produit peut interagir avec la thérapie thyroïdienne en diminuant l'absorption du Syndroid. Dans cette situation, un intervalle de 4 h s'impose entre la prise de Syndroid et celle de PHYTOHORMONE Femina.

Posologie recommandée du produit PHYTOHORMONE Femina

Femmes dans la période de pré-ménopause : 2 capsules par jour.

Femmes dans la période de ménopause : prendre entre 1 et 2 capsules, 3 fois par jour. La dose peut être adaptée selon la symptomatologie. Dans les cas les plus courants, dans la période de début de la ménopause (après un an sans menstruations) il est recommandé de hausser la dose (2capsule, 3 fois par jour) jusqu'à la disparition de symptômes, suite à quoi, une dose d'entretien est suggérer (2 capsules par jour).

Femme dans la période de post-ménopause: 2 capsules par jour.

Précautions d'emploi du produit PHYTOHORMONE Femina

Aucun effet indésirable n'a été observé pour des doses allant jusqu'à 12 capsules par jours.



Les composantes actives de PHYTOHORMONE Femina

Nous avons utilisé pour la formulation du produit des extraits normalisés de (95%), diosgeine (20%), Daidzeine et Daidzin 40% et hybiscus.

Façon dont les composantes de PHYTOHORMONE Femina contribuent aux effets thérapeutiques

phytohormonePour assurer la reproductibilité du principe actif de concentration activant le système hormonale déséquilibré des femmes ménopausées, nous avons utilisé Daidzeine et Daidzin (respectivement 32,4% et 28,45%).

Les isoflavones agissent au niveau cellulaire et au niveau des oestrogènes endommagés. Hwang CS, Kwak HS, et al. "Isoflavone metabolites and their in vitro dual functions: They can act as an estrogenic agonist or antagonist depending on the estrogen concentration. J Steroid Biochem Mol Biol. 2006 Nov; 101(4-5):246-253". Le mécanisme d'action est simple, si l'organisme produit trop d'oestrogènes, les isoflavones peuvent bloquer partiellement leur effet négatif, tandis que s'il y a une déficience, elles comblent une partie des besoins. Hwang CS, Kwak HS, et al. "Isoflavone metabolites and their in vitro dual functions: They can act as an estrogenic agonist or antagonist depending on the estrogen concentration. J Steroid Biochem Mol Biol. 2006 Nov ;101(4-5):246-253".

Des études cliniques ont démontrées les effets protecteurs, comme la baisse des cas de cancer du sein. Dans l'Est de l'Asie, d'autres études, faites par "The US Food and Drug Administration", ont conclu que les isoflavones diminuent aussi les risques de crises cardiaques. Cette évidence a été basée sur des études qui ont démontré qu'un rapport quotidien de 25mg d'isoflavones par jour, diminue le niveau de cholestérol (LDL). Il est important de noter que les isoflavones n'augmentent ni le cholestérol ni les triglycérides.

Les isoflavones exercent un "effet balance" sur les hormones des femmes pré et post-ménopausées. Les symptômes désagréables de la ménopause, le risque de cancer du sein, la difformité osseuse, etc. peuvent être atténués avec des isoflavones.

Nous avons découvert que les femmes ayant les plus hauts niveaux d'isoflavones étaient 50% moins susceptibles de développer un cancer du sein par rapport à celles qui montraient des taux plus faibles d'isoflavones. "Lamartiniere CA. Protection against breast cancer with genistein: a component of soy.Am J Clin Nutr. 2000 Jun;71(6 Suppl):1705S-7S; discussion 1708S-9S. Review.".

Selon une synthèse publiée en 2006 et portant uniquement sur les essais au cours desquels on a utilisé des isoflavones, un supplément fournissant au moins 15mg de génistéine par jour constitue un traitement efficace pour réduire les bouffées de chaleur "The Linus Pauling Institute. Micronutrient Information Center, isoflavones. [Consulté le 24 octobre 2006]."

phytohormoneToutes les recherches cliniques utilisées dans ce document concernent les symptômes de la ménopause ignorant les effets au niveau de maladies cardiovasculaire (MCV). Au Canada, les MCV sont la principale cause de mortalité. En 1999, les MCV étaient responsables de 39 134 décès chez les femmes canadiennes (environ 37 % de tous les décès chez les femmes); ce nombre dépasse le total des décès attribuables à toutes les formes de cancer combinées. La proportion des décès causés par les MCV chez les femmes augmente de façon significative après la ménopause et continue d'augmenter avec l'âge. ("L'hormonothérapie substitutive et les maladies cardiovasculaires", Fondation des maladies du coeur du Canada, Société des obstétriciens et gynécologues du Canada, Société canadienne de cardiologie.)

Selon la même étude, on associe à la ménopause des effets néfastes sur les lipides sanguins, tel que l'augmentation du cholestérol total, du LDL cholestérol et des triglycérides, ainsi qu'une diminution du HDL cholestérol. Une réduction des concentrations d'oestrogène après la ménopause peut aussi entraîner des modifications indésirables de la tension artérielle, de la distribution des matières grasses, des facteurs de coagulation sanguine, du métabolisme du glucose, ainsi que l'obésité et le diabète, tous des facteurs susceptibles de faire augmenter le risque de maladies coronariennes.

Dans ce contexte, en se basant sur les statique canadienne et internationales, comme par exemple celle de Ben Romdhane Habiba, Skhiri Hajer, Bougatef Souha "Ménopause et cardiopathies ischémiques résultats d'une enquête populationnelle dans la région de l'Ariana (ARIS), Laboratoire de recherche épidémiologie et prévention des Maladies cardiovasculaires en Tunisie", qui sort en évidence la prévalence des cardiopathies ischémiques et de leurs facteurs de risque chez la femme tunisienne ménopausées et post ménopausées, nous avons décidé d'utiliser la diosgenine et hibiscus pour réduire les risques associés à l'hypercholestérolémie et à l'hypertension. Le rapport des prévalences post ménopause / pré ménopause est aux alentours de deux et les maladies cardiovasculaires représentent la première cause de morbidité et de mortalité chez la femme ménopausée.

Pour toutes les raisons mentionnées ci-dessus, nous avons utilisé dans notre produit la diosgéine qui administrée en raison de 1 440 mg/jour pour un minimum de trente jours, fait augmenter le niveau d'oestrogène dans le sérum (26%), celui de SHBG (9,5%) et en même temps diminue le niveau de cholestérol. Tout cela en prolongeant le délai d'oxydation de LDL, ayant comme conséquence la protection des femmes ménopausées contre le cancer du sein et des maladies cardiovasculaires. (Wen-Huey Wu, PhD, Li-Yun Liu, PhD, Cheng-Jih Chung, MS, RD, Hei-Jen Jou, MD, Tzong-An Wang, MD, "Estrogenic Effect of Yam Ingestion in Healthy Postmenopausal Women".)

L'utilisation d'Hibiscus sabdariffa a eu comme but de diminuer l'activité de l'enzyme ACE ayant comme résultat la diminution de la pression artérielle et donc la diminution du risque de maladie cardiovasculaire et ACV. (Herrera-Arellano A, Miranda-Sánchez J, Avila-Castro P, Herrera-Alvarez S, Jiménez- Ferrer JE, Zamilpa A, Román-Ramos R, Ponce-Monter H, Tortoriello J "Clinical effects produced by a standardized herbal medicinal product of Hibiscus sabdariffa on patients with hypertension. A randomized, double-blind, lisinoprilcontrolled clinical trial".)